Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Beaudéduit.

Compte jusqu’à vingt, et après ça… Quand tu me regarderas ! compte ! je te dis de compter.


Dominique.

Oui, monsieur…


Beaudéduit, se promène avec impatience, et il compte.

Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit.

Dominique, en même temps, comptant sur l’air de Vive Henri quatre.

Un, deux, trois, quatre

Cinq, six, sept, huit, neuf, dix,

Onze, douze, treize…


Beaudéduit, l’interrompant.

Qu’est-ce que c’est que ça ?


Dominique.

Monsieur, on m’a appris à compter sur cet air-là à la mutuelle.


Beaudéduit, regardant avec impatience la porte par où Bécamel est sorti.

Non ! on ne se moque pas du monde comme ça… Dominique !


Dominique.

Monsieur ?


Beaudéduit, enfonçant son chapeau sur sa tête.

Nous partons !


Dominique, enfonçant aussi son chapeau.

Oui, monsieur !

Tous deux sortent brusquement par le fond et tournent à droite.