Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène VII

Bécamel ; puis Jurançon



Bécamel, entrant par la gauche, avec sa lettre à la main.

Monsieur, je vous demande un million de pardons… (Se retournant.) Je n’ai pas été long… Eh bien, où est-il donc ?… Disparu ! (S’approchant de la fenêtre.) Je ne me trompe pas… le voilà qui galope sur la route… Et ma lettre ? Bah ! je la mettrai à la poste !


Jurançon, entrant par le fond et venant de la gauche.

Mon ami, c’est fait… je viens d’envoyer un exprès à Paris…


Bécamel.

Pour quoi faire ?


Jurançon.

Pour retenir nos places…


Bécamel.

Allons, bon !


Jurançon.

J’ai donné des arrhes… quatre-vingt-trois francs !


Bécamel.

Mais c’est impossible !… je ne pars plus !


Jurançon.

Ah ! pour le coup, c’est trop fort !


Bécamel.

Le mariage est retardé de trois mois… mon gendre s’est retourné.