Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Beaudéduit.

Je vous ennuie, monsieur ?


Bécamel.

Du tout… je vous écoute avec le plus vif intérêt.


Beaudéduit.

Mon bisaïeul forma un établissement d’horlogerie qui ne tarda pas… (Bécamel bâille de nouveau, Beaudéduit s’arrête et lui dit brusquement :) J’ai fini… À vous, monsieur… (À part.) Il manque complètement de savoir-vivre !


Bécamel, à part.

Qu’est-ce qu’il a ? (Haut.) Nous disons que vous avez une maison…


Beaudéduit, à part.

Encore !… (Haut.) Oui monsieur, j’ai une maison, près des Bains Chinois… c’est convenu. Je vous en prie… ne parlons plus de ça.


Bécamel.

Comment, ne parlons plus de ça ? je vous trouve superbe !


Beaudéduit.

Je n’ai pas la prétention d’être superbe… ce serait de la fatuité… je suis de ceux dont on ne dit rien.


Bécamel, à part.

Qu’est-ce qui lui parle de ça ? (Haut.) Combien d’étages ?


Beaudéduit, à part.

Il est agaçant ! (Haut.) Trois !

Il marche avec impatience.


Bécamel.

C’est bien peu !