Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Beaudéduit, à part.

Hein ! il se déshabille. Ah çà ! il me traite comme un garçon de bains… Attends ! attends !

Il ôte son habit et le pose contre le guéridon, à droite sur sa chaise.


Bécamel.

Tiens ! vous aussi, vous avez chaud ?


Beaudéduit.

Non, monsieur, j’ai froid ; mais il paraît que c’est le genre ici pour discuter les contrats.


Bécamel, à part.

Mais qu’est-ce qu’il a ? qu’est-ce qu’il a ?


Beaudéduit.

Voyons, monsieur… je suis tout à vous… Ce costume est très convenable… Est-ce la communauté ou le régime dotal ?… Je ferai toutes les concessions…


Bécamel, à part.

Ma parole ! je ne sais pas ce que cet animal-là a dans le ventre ! (Appelant.) Cyprien !… une plume !… de l’encre !


Beaudéduit, à part, passant à gauche.

Encore s’il fermait la fenêtre. (Il éternue très fort.) Atchoum ! (À Bécamel, qui ne l’a pas salué.) Merci ! (Criant.) Monsieur, je vous remercie !


Bécamel, criant.

Quoi encore ?… parce que je n’ai pas dit : "Dieu vous bénisse…" ? (Avec colère.) Eh bien, Dieu vous bénisse ! (À part.) Que le diable l’emporte ! (Haut.) Là !… êtes-vous content ?…