Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Bécamel.

Mais ce ne sont pas des excuses, ça !


Beaudéduit.

Je continue !… monsieur de Cyprien… je vous prie d’agréer l’expression… (Bas à Jurançon). Tenez-moi les mains… ferme ! (Il les met derrière le dos.) L’expression de mes regrets… les plus… les plus pénibles ! Ouf !… (Il lance un coup de pied à Cyprien.) Souris…


Bécamel, qui n’a pas vu le coup de pied.

Bravo !


Jurançon, à part.

Le lâche !

Il passe à gauche.


Bécamel, se levant.

Monsieur, j’ai perdu cent sous… ma fille est à vous !… voilà d’abord vos cinq francs… et voilà ma fille !…


Cécile, à Beaudéduit.

Comment vous remercier ?


Beaudéduit, avec intention.

Cécile, je vous le dirai plus tard. (À part.) C’est égal… je ne veux pas mourir avant de donner une raclée à Cyprien !

Cécile le remercie à voix basse.


Bécamel, à Jurançon.

C’est drôle ! je le croyais susceptible !


Jurançon.

Lui ! la bête du bon Dieu ! mais le susceptible… le porc-épic… c’est toi !