Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Colombot.

C’est le notaire… quand il nous a dit que vous aviez quarante mille livres de rente.


Célimare, piqué.

Ah ! vous êtes bien bon… je vous remercie.


Colombot.

Ca ne vous fâche pas ?


Célimare.

Comment donc !… au contraire.


Colombot.

Nous nous sommes dit : "Célimare n’est pas jeune… Célimare n’est pas beau… mais la jeunesse, la beauté !… ça passe… tandis que quarante mille livres de rente… quand on a de l’ordre… ça reste !…" Je suis franc, moi !


Célimare.

Je le vois bien !… Heureusement que votre fille ne partage pas votre opinion…


Colombot.

C’est vrai… vous lui plaisez assez… Je ne comprends pas ça…


Célimare, piqué.

Qu’y a-t-il d’étonnant ? j’ai su plaire à bien d’autres…


Colombot, incrédule.

Vous ?… Laissez-moi donc tranquille !… avec un ventre comme ça !


Célimare.

Mais…


Colombot, remontant.

Allons ! je vous quitte… Vous avez votre toilette à terminer… À bientôt.


Célimare.

Bonjour…