Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Vancouver.

Ma sœur m’a fait part du but de votre visite… Je l’approuve… (Lui serrant la main.) Touchez là !… vous êtes mon gendre !


Dardenbœuf, à part.

Il m’a dit ça d’un drôle d’air ! (Haut.) Votre sœur vous a fait part du but de ma visite… vous l’approuvez… (Lui serrant la main.) Je touche là !… je suis votre gendre !


Vancouver, à part.

Ah çà ! mais c’est un perroquet. (Haut.) Je ne vous cacherai pas que, dans le principe, je vous ai été hostile… très hostile !


Dardenbœuf.

Vraiment ?


Vancouver.

Oui ! les renseignements n’étaient pas tout à fait… Ah ! vous avez eu une jeunesse orageuse, mon gaillard !


Dardenbœuf.

Oh ! oh ! (À part.) Gros malin ! tu veux me faire jaser.


Vancouver.

Votre dernière intrigue surtout avec la petite… la petite… vous l’appelez ?


Dardenbœuf.

Qu’importe le nom !


Vancouver.

En avez-vous fait des folies pour cette créature-là ?


Dardenbœuf.

Oh ! oh !