Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dardenbœuf.

Qui vendait des petits balais…


Vancouver.

Oui, qui vendait des petits balais… (Lui offrant une prise négligemment.) Vous en prenez, je crois ?


Dardenbœuf, s’oubliant et avançant la main.

Pardon… (Se ravisant.) Merci !… j’ai horreur du tabac !


Vancouver, à part.

Très fort ! très fort ! mais je le repincerai ! (Haut avec effusion.) Tenez, Dardenbœuf… excusez cet épanchement prématuré… mais vous me plaisez !… vous avez un air de franchise ! Ah ! vous êtes bien le mari que j’ai rêvé pour ma fille… (Avec intention.) Parce qu’avec son caractère…


Dardenbœuf.

Quel caractère ?


Vancouver.

Oh ! charmant ! charmant ! c’est un ange ; mais elle est parfois un peu lunatique… Oui, quand on dit blanc, elle dit noir, cette chère enfant !


Dardenbœuf, inquiet.

Ah !


Vancouver.

Et d’un entêtement ! Elle tient de la mule, cette chère enfant !


Dardenbœuf, à part.

Un père qui dit du mal de sa fille… je ne gobe pas ça.


Vancouver.

Il vaut mieux tout de suite se dire ses petits défauts, n’est-ce pas ?