Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La Baronne.

Si M. Dandrin consentait à mettre une apostrophe à son nom !


Fourchevif.

C’est juste, D, apostrophe, A, N, d’Andrin, c’est presque noble.


La Baronne.

Crois-tu qu’il accepte ?


Fourchevif.

Parfaitement ; il n’est pas fier. Je lui céderai deux ou trois ancêtres, et il sera des nôtres.


Scène IV

Les mêmes, Adèle ; puis Tronquoy



Adèle, entrant.

Je viens d’arranger mon dessert.


Fourchevif, bas à la baronne.

Je vais l’interroger adroitement. (Haut.) Approche, Adèle, nous avons à te parler.


Adèle.

À moi, papa ?


La Baronne.

Oui, mon enfant.


Fourchevif.

Réponds-moi franchement. Qu’est-ce que tu penses de M. Jules Dandrin !


Adèle.

Mais dame, papa…