Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/402

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lambert.

Oui, mais sa profession ?


Tronquoy.

Sa profession ? Il n’en a pas. (Avec fierté.) M. le baron de Fourchevif est bourgeois !


Lambert.

Hein ? il s’appelle le baron de Fourchevif, lui ?


Tronquoy.

Parbleu !


Lambert, à lui-même.

Ah ! par exemple, c’est un peu fort ! (À Tronquoy.) Mon ami, veux-tu dire à ton baron de venir tout de suite, j’ai à lui parler.


Tronquoy.

Mais, monsieur…


Lambert.

Va, c’est très important. (Tronquoy sort.) Ah ! voilà un baron qui a besoin d’une leçon ; je me charge de la lui donner… Et ce brave Rouquérolle, mon rapin, mon compagnon de travail, qui m’attend à l’auberge pour déjeuner… Bah ! il m’attendra.


Scène VII

Lambert, Fourchevif



Fourchevif, entrant.

Vous m’avez fait demander ? Dépêchons-nous, je suis pressé.