Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fourchevif.

C’est convenu.


Lambert.

Où est ma chambre ?


Fourchevif.

Votre chambre ?


Lambert.

Il faut bien que je sois là pour vous voir à l’œuvre.


Fourchevif.

Ah ! oui.


Lambert.

Cela paraît vous contrarier ; voilà déjà un faux pas.


Fourchevif.

Comment ?


Lambert.

L’hospitalité est une vertu de race.


Fourchevif.

Et je sais la pratiquer ! Voulez-vous nous faire l’amitié de manger la soupe avec nous ?


Lambert.

La soupe ?


Fourchevif.

Non, de dîner avec nous : (Indiquant le fond, à gauche.) Voici votre chambre ; il y a un carreau en papier, mais on attend le vitrier… (À part.) Depuis trois ans.


Lambert, regardant les portraits d’ancêtres.

Les voilà, ces nobles têtes !


Fourchevif.

Nos ancêtres ! j’ai l’intention de les faire revenir.