Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/431

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Rouquérolle, à part.

Elle est très gentille !… ça ferait une jolie petite femme pour Lambert ! (Haut.) Aimez-vous les artistes ?

Il s’assied près du chevalet.


Adèle.

Oh ! oui, beaucoup !


Rouquérolle.

Vous êtes dans le vrai… N’épousez jamais un bourgeois… c’est aplatissant ! Empâtez ! empâtez !


Adèle.

Encore ?


Rouquérolle.

Toujours ! Epouseriez-vous un artiste ?


Adèle.

Dame ! (À part.) Mon père lui a parlé de M. Jules !


Rouquérolle.

J’en connais un… un vrai… qui n’est pas loin d’ici.


Adèle, baissant les yeux.

Je crois savoir qui…


Rouquérolle, à part.

Ca y est !… Elle a vu Lambert !… Le flibustier ! Il faut que je touche un mot de ce mariage-là au baron. (À Adèle.) Empâtez ! empâtez ! (Se levant, à part.) Lambert m’a trouvé une place, je lui trouve une femme… Manche à !


Fourchevif, entrant.

Votre déjeuner est prêt. (À part.) Il restait de la dinde.


Rouquérolle.

Baron, écoutez-moi… (À part.) Je ne peux pas lui parler