Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/439

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fourchevif, seul.

S’il croit que j’ai envie de me faire embrocher pour des merlettes !


Scène XVII

La Baronne, Fourchevif



La Baronne, entrant.

J’ai entendu des cris… Qu’y a-t-il ?


Fourchevif.

Il est enragé ! il veut que je me batte en duel.


La Baronne.

Un duel ! Ah !


Fourchevif, l’assistant.

Mais ne t’effraye donc pas… il n’y a pas de danger ! Je ne me battrai pas !


La Baronne.

Tu me le jures, n’est-ce pas ?


Fourchevif.

Oui ! je te le jure sur… sur la tête de mes ancêtres !… (Se reprenant.) De ses ancêtres !


La Baronne.

Oh ! merci !… C’est bien, ce que tu fais là !


Fourchevif.

Oui, mais nous sommes perdus !


La Baronne.

Comment ?