Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/441

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


je viens remplir une mission… que dis-je ? un devoir !


Fourchevif et La Baronne.

Quoi donc ?


Rouquérolle.

Vous connaissez Lambert… Il est bon, doux, timide, instruit… enfin c’est un artiste… et un artiste qui vend.


Fourchevif.

Eh bien ?


Rouquérolle.

J’ai l’honneur de vous demander, en son nom, la main de votre charmante fille…


Fourchevif et La Baronne.

Hein ?


Rouquérolle.

Je n’ajouterai qu’un mot : Les enfants s’aiment !


Fourchevif, vivement.

C’est faux ! Ma fille…


Rouquérolle, dignement.

On attend la réponse !

Il s’assied près du chevalet.


Fourchevif, indigné.

Marier ma fille à un barbouilleur !


La Baronne, bas, vivement.

Taisez-vous !


Fourchevif.

Quoi ?


La Baronne.

Ce mariage peut nous sauver !