Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



gindinet.

Elle ne le comprendrait pas.


pontcharrat.

Cependant, à quarante ans…


gindinet.

Père Pontcharrat, il y a des femmes brunes qui n’ont jamais quarante ans… et celle-ci vous a des yeux !


pontcharrat.

Ah !


gindinet.

Qui vous égrugent !


pontcharrat.

À trois pas ! je l’ai remarqué…


gindinet.

C’est plus fort que moi, quand je rencontre cette femme puissante…


pontcharrat, avec passion.

Vésuvienne ! appelle-la vésuvienne !


gindinet.

Soit, mon sein s’agite, mes jambes se dérobent… et je deviens rouge comme une grenade en fleur…


pontcharrat, vivement.

Gindinet, nous signerons le contrat ce soir, et, dans huit jours, tu seras le mari d’Henriette.


gindinet.

Avec plaisir ; au moins, celle-là, je peux la regarder, ça ne me fait rien du tout.


pontcharrat.

Et, si tu rencontres la veuve Tropical, tu me promets…