Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/479

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



pontcharrat.

Le candidat veut-il que le bureau statue ?


crétinot.

Je m’y oppose au nom de ces dames.


cassagnol.

Citoyens ! (Il tousse.) Hum ! hum ! (Ouvrant sa bonbonnière.) Je vous demanderai la permission de prendre un second jujube.


crétinot, bas à Pontcharrat.

Il en abuse !


pontcharrat, à Crétinot.

Je le crois phtisique, ce tailleur de pierre.


cassagnol.

Citoyens ! je ne suis qu’un pauvre ouvrier… excusez mon langage abrupt, je ne me suis point exercé dans ces brillants tournois de la parole ; je n’ai point étudié l’éloquence, cet art si difficile, ars difficilis, comme l’appelle Cicéron.


crétinot.

Il parle latin… eh bien ! il doit mal tailler la pierre.


cassagnol.

Travailleurs ! je connais vos misères, j’ai sondé vos souffrances, j’ai su les partager, et à moi seul il appartient…

Il s’arrête et respire un flacon.

pontcharrat.

Que faites-vous donc ?


cassagnol.

Permettez que je respire quelques sels.


crétinot, avec déférence.

Oh ! l’impôt est aboli.