Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



un monsieur, se levant dans une avant-scène de gauche.

Je demande la parole.


pontcharrat.

Que voulez-vous ?


le monsieur.

La parole… c’est pour un renseignement… j’arrive et… Y a-t-il longtemps que le club est commencé ?…


pontcharrat.

Adressez-vous à l’ouvreuse.


le monsieur.

Permettez… je ne suis point un étranger, je suis Champenois, je suis venu à Paris pour voir les clubs.


pontcharrat.

Mais, monsieur…


le monsieur.

En débarquant, je tombe sur votre affiche : Club champenois… Je me dis : Fameux, voilà mon affaire… (Mettant sa main sur ses yeux et regardant le public.) C’est drôle, je ne vois personne de chez nous. (À Pontcharrat.) Dites donc, il est cher, votre club…


pontcharrat.

Ah çà ! monsieur, quand vous aurez fini…


le monsieur, avec énergie.

Je demande la parole pour un fait personnel… (Naturellement.) Pouvez-vous me dite si le Muséum est ouvert le samedi ?


pontcharrat.

Eh ! monsieur, vous n’êtes pas dans un bureau de renseignements… demandez à l’ouvreuse.