Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/491

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



pontcharrat.

Non, je vous demande si vous êtes républicain.


grand-bagout.

Eh bien ?… (Reprenant.) Qu’on m’enlève l’épiderme et sous cette peau de républicain palpitera toujours une chair républicaine !

On applaudit avec chaleur.

pontcharrat, lisant un papier.

Question communiquée. On demande la profession du candidat.


grand-bagout.

J’ai quarante ans et je suis chauve.


pontcharrat.

Votre profession ?


grand-bagout.

Ah ! équilibriste.


pontcharrat.

Comment ?


grand-bagout.

J’ai consacré ma vie à l’équilibre des intérêts sociaux.


pontcharrat, bas à Crétinot.

Socialiste.


grand-bagout, continuant.

J’ai consacré ma vie au triomphe de cette formule : l’homme doit vivre en se reposant. Je pose donc un principe : Celui qui travaille…


premier paysan.

Est un feignant.


grand-bagout.

Vous rendez parfaitement ma pensée.