Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/501

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



tous.

Très bien ! très bien !


le monsieur.

Je demanderai l’opinion du général sur l’assiette.


chauvinancourt.

Vous m’ennuyez !… crrrrr ! À Austerlitz, un beau matin, Napoléon me dit : Chauvinancourt, prends vingt hommes et mouche ces canons, j’en pris huit et pstt !… les canons furent mouchés. C’est là que j’eus le malheur de perdre mon second bras droit… Un brave dont je dus consoler la veuve ; je l’adorais… Nous nous séparâmes pour un coup de cravache que je lui cinglai vaguement sur le râble.


crétinot et pontcharrat.

Comment !


chauvinancourt.

Oui, j’ai toujours battu les femmes… C’est une de mes friandises !… (Remontant et passant la revue des assistants, les mains derrière le dos.) Maintenant vous me connaissez, faites-moi des questions et si elles ne sont pas trop bêtes, j’y répondrai.


le monsieur.

Ah ! enfin !… Êtes-vous pour un président ?


chauvinancourt.

Citoyens ! je suis un vieux soldat… un président… ça me botte…


le monsieur.

Combien de chambres ?


chauvinancourt.

Quatre !


le monsieur.

C’est un appartement complet.