Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Célimare.

Ah ! pauvre ami… permettez… (Il le frictionne.) Vous voyez, comme autrefois… comme autrefois…


Pitois, à part.

Il le bouchonne.


Vernouillet, se laissant frotter.

Qu’il est bon !


Célimare, à part, tout en frictionnant.

Condamné aux frictions forcées à perpétuité.


Emma, M. et Mme Colombot, qui viennent d’entrer, s’arrêtant étonnés.

Hein ?…


Colombot.

Qu’est-ce qu’il fait donc là ?


Madame Colombot.

Il le frotte !


Vernouillet, à Célimare.

Merci ! ça va mieux. (Apercevant Emma et lui montrant son bouquet.) Voyez donc, madame, comme il est joli ; c’est un présent de votre mari.


Emma, M. et Mme Colombot.

Comment ?


Célimare, embarrassé.

Oui… oui… un petit bouquet.


Vernouillet.

Il faut vous dire que c’est ma fête.


Célimare, embarrassé.

C’est sa fête… la Saint-Vernouillet !