Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Cyprien.

Ah ! c’est que M. Dutrécy entend la vie !… Il sait se faire soigner, celui-là !


Aubin.

Il est peut-être d’une mauvaise santé ?


Cyprien.

Lui ? Il est frais ! il est rose !… mais aussi, quand un de ses cheveux se dérange, il appelle trois médecins en consultation.

On entend sonner à droite.


Germain.

Premier coup !


Cyprien.

C’est pour toi, Aubin !… va vite ! et ne ménage pas tes bras.


Aubin.

Ne craignez rien… j’ai servi les chevaux pendant cinq ans… je vais m’appliquer.

Il entre à droite.


Germain.

Quelle idée a eue Monsieur de prendre ce pataud ?


Cyprien.

Un paysan… c’est robuste, ça frotte plus longtemps. (On sonne à droite.) Deuxième coup !


Germain, prenant le plateau sur la table.

C’est pour le madère !

Il entre vivement à droite.