Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


toujours allé moi-même… C’est très imprudent, parce qu’on rentre, on a chaud, on change subitement de température… et paf ! une fluxion de poitrine… dont on peut mourir !… Mon ami, tu iras à ma place.


Aubin.

Si ça fait plaisir à Monsieur…


Dutrécy, à part.

Superbe ! un autre aurait poussé un cri de joie… Oh ! la Bretagne ! (Haut.) Ah ! une recommandation pour le vin !… j’ai presque toujours quelque ami à déjeuner ou à dîner, le docteur me le recommande… on se presse moins et l’estomac y trouve son compte… Or, j’ai deux espèces de vin, écoute-moi bien : l’un porte un cachet rouge, c’est un cos. Destourmel, 1846, un vin bienfaisant… je le garde pour moi… l’autre, cachet vert, est un mâcon généreux… mais qui me réussit moins… Tu verseras du cachet vert à mes amis… quant au cachet rouge, tu n’en donneras qu’à moi… à moi seul… sans que cela paraisse, bien entendu.


Aubin.

Oui, monsieur.


Dutrécy.

Ce n’est pas pour la valeur… mais il ne m’en reste plus que soixante-deux bouteilles… Ainsi, c’est bien entendu…


Aubin.

Oui, monsieur : le bon pour vous et le mauvais pour vos amis.


Dutrécy.

Il n’est pas mauvais !… du 58… s’il était mauvais, je ne l’offrirais pas… il est un peu plus vert… c’est un vin d’invités…

Cyprien venant de gauche et parlant à la cantonade.