Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



De La Porcheraie, prenant son chapeau.

Allons ! vous êtes dans le chagrin… décidément je ne déjeunerai pas avec vous.


Dutrécy.

Comment ! vous me quittez ?


De La Porcheraie.

Je reviendrai tantôt… les grandes douleurs demandent à rester seules !… Adieu !…


Scène V

Les Mêmes, Cyprien ; puis Fourcinier



Cyprien.

Monsieur… le docteur Fourcinier est au salon.


De La Porcheraie.

Fourcinier !


Dutrécy, vivement.

Le jardin ! Faites entrer. (Cyprien sort.) Ne vous en allez pas !…


De La Porcheraie.

Non… il vaut mieux que vous restiez seul avec le docteur… vous lui parlerez négligemment de son jardin, cela le distraira… puis on a confiance dans un homme sensible… Vous lui démontrerez que c’est un mauvais bien…


Dutrécy.

Oui… des impôts et pas de revenu !


De La Porcheraie.

Pour le reste, fiez-vous à moi… Silence ! le voici…