Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène IX

Armand, Dutrécy



Dutrécy.

Bien répondu !… je l’avais sur les lèvres !


Armand.

Maintenant, nous sommes seuls, donnez-moi des nouvelles de ma cousine ?


Dutrécy.

Thérèse ?… Elle va bien !


Armand.

Elle doit être bien grande, bien belle… depuis trois ans que je ne l’ai vue !… Elle avait seize ans quand je suis parti… c’était une enfant… mais quel charme déjà dans sa personne !… quelle gravité douce ! quelle mélancolie dans ses yeux !…


Dutrécy.

Elle n’est pas mal… Tu vas la voir !…


Armand.

Comment ?…


Dutrécy.

Aujourd’hui même… je la retire de pension !


Armand.

Vous la retirez… pour toujours ?…


Dutrécy.

Pour toujours !… je vais la marier…


Armand, ému.

Marier Thérèse ?… à qui ?…