Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 04.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dutrécy.

À un jeune homme charmant… plein de cœur… qui arrive d’Amérique…


Armand, avec joie.

Ah ! mon Dieu !… est-il possible !… ce jeune homme !…


Dutrécy.

Ce jeune homme pense à Thérèse depuis longtemps… et je crois que Thérèse, de son côté… Ah ! tu ne t’attendais pas à cette nouvelle-là ?…


Armand.

Je vous avoue… (À part.) Moi qui l’accusais d’indifférence… d’égoïsme !… cher oncle !… il pensait à mon bonheur !… c’est un rêve !…


Dutrécy.

Qu’as-tu donc ?…


Armand.

Rien !… c’est la joie… j’aime tant Thérèse !…


Dutrécy.

Elle t’aime bien aussi, va…


Scène X

Les Mêmes, Aubin



Aubin, entrant. Il porte des malles et six caisses de cigares.

Voilà les bagages de Monsieur… (À part.) Ouf !… c’est égal, la maison est lourde !…


Armand.

C’est bien !… Porte cela dans ma chambre…