Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La Bonne, étonnée.

Quatre chambres !… (À part.) Pour deux !


Hernandez.

Va ! dépêche-toi.

Il va déposer son arbre à gauche.


La Bonne, sortant, à part.

Il se dédoublent alors.

Elle sort à gauche.


Scène V

Hernandez, Loïsa



Hernandez.

Cette fille me prend pour votre mari… Que ne le suis-je en effet !


Loïsa.

Je vous en supplie, Hernandez… n’embarrassez pas ma reconnaissance par des propos… que je ne puis entendre.


Hernandez.

Votre reconnaissance, cruelle ?


Loïsa.

Sans vous, n’étais-je pas foulée aux pieds par ce taureau furieux qui fondait sur nous ?


Hernandez, à part.

C’était une vache !


Loïsa.

J’en suis encore tout émue. (Lui tendant la main avec effusion.) Merci, Hernandez !