Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Verdinet, à part.

Ah ! sapristi ! si je ni ’attendais à celle-là ?…

Henriette touche quelques notes.


Monnerville, allant à elle.

Ah ! Madame est musicienne ?


Henriette.

Oh ! comme tout le monde… Et vous, monsieur ?


Monnerville.

Oh ! très peu, madame.


Verdinet, à part.

C’est-à-dire pas du tout. (Tout à coup) Tiens ! si je le faisais chanter… un moyen de le couler. (Haut.) Ernest, chantez-nous donc quelque chose pour ces dames.


Henriette et Madame Désaubrais.

Ah ! oui.


Monnerville.

Moi ?… J’en suis incapable !


Verdinet.

Allons donc ! vous avez une voix charmante et une méthode…


Monnerville.

C’est une plaisanterie !


Verdinet.

Vous nous avez ravis toute une soirée.


Monnerville, étonné.

Quand donc ?


Verdinet.

Vous - savez bien… le soir où vous m’avez repêché… le soir du train de bois !