Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Galinois.

Ainsi, cette comédie était inventée pour tromper un imbécile de notaire.


Monnerville.

Ah bah !


Galinois.

Oui, monsieur, et c’était moi l’imb… le notaire.


Monnerville, riant.

Comment ?


Galinois, à Verdinet, d’un air sombre.

Mais tout n’est pas fini, monsieur.


Verdinet, à Galinois.

Pas d’éclat !… Je suis à vos ordres !


Galinois, voyant entrer Henriette et madame Désaubrais.

Chut ! ces dames !


Scène XIX

Les Mêmes, Henriette, Madame Désaubrais



Madame Désaubrais.

Nous voilà prêtes !


Henriette.

Eh bien, partons-nous ?


Verdinet.

Plus tard !… Auparavant, j’ai une affaire à régler avec M. Galinois.


Henriette et Madame Désaubrais, étonnées.

Tiens !