Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Faribol, stupéfait, à part.

Ma femme !… oye ! oye !


Alexandra, croisant les bras et se campant devant lui.

Eh bien, monsieur !


Faribol, avec plomb.

Je t’avais reconnue !


Alexandra.

Ta ta ta !


Faribol.

Si ! à ta robe bleue !… c’est moi qui te l’ai donnée… ta robe bleue !…


Alexandra, apercevant le homard.

Qu’est-ce que c’est que ça ?


Faribol.

C’est pour toi ! (À part.) Oye ! oye !


Alexandra.

Vous savez bien que je n’aime pas le homard !


Faribol.

Comment ! tu n’aimes pas… ? (Voulant filer.) Je vais le reporter.


Alexandra.

Un instant !… donnez !

Elle prend le homard et le pose sur une table du café.


Faribol, à part.

Confisqué !… Ma sauce est faite !


Alexandra, sérieusement.

Monsieur Faribol…


Faribol, un peu intimidé.

Alexandra ?