Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Faribol, à part.

Pourvu que Pichenette ne revienne pas !


Alexandra, continuant.

Il y a des hommes qui considèrent leurs femmes comme de petites machines à raccommoder les chaussettes !…


Faribol, jouant l’indignation.

Oh !… les monstres !


Alexandra.

Ils les prennent, les quittent, les trompent…


Faribol.

Que veux-tu !… ce sont des natures volcaniques… portées à la faridondaine !


Alexandra.

Eh bien, et nous ?… Volcaniques !… est-ce que vous croyez que nous sommes bâties en mastic ou en carton-pâte ? Je demande les mêmes droits pour la femme… le droit de la faridondaine !


Faribol, riant.

Ah ! ah ! ce serait du joli !


Alexandra.

Et pourquoi pas ?


Faribol.

Parce que les conséquences… les conséquences ne sont pas les mêmes…


Alexandra, impétueusement.

Je ne donne pas dans cette rengaine !… Le mariage est une voiture… une charrette, si vous voulez !… C’est à vous de réfléchir avant de vous y atteler… mais, quand on y est… on y est !… et, si l’un des deux quitte le brancard,