Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Léopardin.

Je suis pincé !

Papavert et Corinne entrent, suivis des clercs et des invités.


Tous.

Qu’est-ce que c’est ?… qu’y a-t-il ?


Papavert, à Faribol.

Que fais-tu là, sur cette fenêtre ?


Faribol, toujours sur la fenêtre.

Je raconte une anecdote… M. Tortoni nous paye pour raconter des petites anecdotes dans les soirées qui languissent… c’est très comme il faut !…


Corinne.

Ah ! par exemple ! écouter un garçon limonadier !


Tous.

Oh !…


Alexandra.

Pourquoi pas ? puisqu’on ne danse pas, ça nous amusera.


Tous.

Oui, oui… ça nous amusera !


Papavert.

Allons, parle… (À part.) Quelle drôle de soirée !


Faribol, arrivant en scène ; il donne son plateau à Léopardin.

C’est un conte des Mille et une Nuits… arrivé à une sultane dont le mari tenait un café à l’enseigne du Homard repentant… à Bagdad…