Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Pionceux.

Le cousin de Monsieur.


Loïsa.

Don Hernandez… Faites entrer.

Pionceux sort.


Agénor.

Il m’agace, votre cousin… je préfère ne pas le rencontrer.


Loïsa.

Dans une heure… rue de Paradis…


Agénor.

N° 12… oui, je sais. (À part.) Je ficherai plutôt le feu à la maison.

Il sort par le pan coupé de gauche.


Scène V

Loïsa ; puis Hernandez



Loïsa, seule.

Immolez donc votre pudeur à un homme, pour vous voir préférer votre mari !


Hernandez, entrant du fond.

Dieu vous garde, cousine ! Ferdinand n’est pas là ?


Loïsa.

Non, mais il va rentrer. Comme vous êtes rouge !


Hernandez.

Je viens de jouer à la paume. La paume est un jeu qui développe le muscle… et le muscle, c’est l’homme. Je