Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène X

Martin, Hernandez



Martin, se levant vivement.

Ah ! le gredin ! le gueux ! le misérable ! moi qui l’ai sauvé de la faillite ! qui l’aimais comme un frère ! qui faisais tous les jours son bésigue !


Hernandez.

Qu’as-tu donc ?


Martin.

C’est lui… je l’ai vu !… Regarde dans mon dos.


Hernandez, apercevant la raie.

Caramba ! veux-tu que je l’étrangle ?

Martin.- Non, ce serait trop doux ! Il faut un châtiment proportionné à son crime.


Hernandez.

Oui !


Martin.

Une vengeance qui fasse pâlir celle du sieur de Vergy !


Hernandez.

Ce n’est pas trop !


Martin.

Mais quoi ? quoi ?… Ah ! j’y suis ! j’ai trouvé !… ce sera épouvantable. Mes cheveux se dressent rien que… Il vient, dissimulons.