Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène VII

Les Mêmes, Agénor



Agénor, entrant, il est en tenue de malade, et d’une voix dolente.

Ferdinand… tu me laisses seul… Voilà une heure que je t’appelle.


Martin.

Excuse-moi, mon ami, j’étais sorti un moment pour commander la potion. Eh bien, te sens-tu un peu mieux ?


Agénor.

Non, ça ne va pas. On a encore fait du tintamarre à côté… Est-ce qu’il y a un billard ?


Hernandez.

Les joueurs sont partis.


Agénor, il est pris d’une quinte de toux.

Allons bien, voilà la poitrine qui se prend !


Hernandez.

Secouez-vous, sacrebleu !


Agénor, à Hernandez, avec aigreur.

Secouez-vous !… Est-ce que ça guérit les maladies de poitrine, de se secouer ?… Vétérinaire, va !

Il passe à droite.


Hernandez, bondissant.

Hein ? qu’est-ce qu’il a dit ?


Martin, l’arrêtant.

Rien ! (Bas à Hernandez.) Mais ne le contrarie donc pas ! (À Agénor.) Tiens, assieds-toi. (Il le fait asseoir sur un fauteuil. À Hernandez.) Vite ! un tabouret !