Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 10.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Hernandez, apporte le coussin en jurant.

Valgame a la porra !

Il va s’asseoir à droite.


Martin, s’asseyant à la table.

Maintenant, tu vas me dicter.


Agénor, dictant.

"J’emprunte, pour continuer ma lettre, la main de mon meilleur ami."


Martin, à part, écrivant.

Canaille !


Agénor, dictant.

"De mon meilleur ami, dont la femme m’a soigné avec le dévouement d’une sœur…"


Hernandez, à part, jaloux.

D’une sœur !


Agénor, dictant.

"De charité. Je ne crains pas d’exagérer en disant que cette femme est un ange…"

Hernandez se lève.


Martin, à part.

Un ange !… elle !… (À Hernandez.) Tiens, prends la plume… je ne peux pas continuer !

Il se lève.


Hernandez, protestant à voix basse.

Ah ! mais les écritures… ça m’embête !


Martin, bas.

Puisqu’il est condamné ! Nous ne devons rien lui refuser.