Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour nous un intérêt si direct. Bancroft me donna l’histoire des colonies, qui fait l’objet de ce premier volume ; Story me donna l’histoire de la Constitution, mais à ces deux auteurs, mes guides constants, et à qui je dois ce qu’il y a de bon dans ce livre[1], je joignis tout ce que je pus trouver de documents originaux et de biographies, et j’eus bientôt une bibliothèque assez considérable pour oser croire que rien d’essentiel ne m’était échappé, et que je pouvais remplir le premier devoir d’un professeur en apportant au public la vérité.

L’auditoire n’était pas nombreux, et le maître était bien novice ; mais le sujet était si grand et les circonstances si sérieuses que ce cours fut suivi, ce me semble, avec un intérêt particulier. Pour moi, je m’y attachai avec passion, et je ne sais ce qui m’instruisit le plus, ou de l’histoire des Colonies, ou de la Révolution, ou de la façon dont se fit cette constitution admirable qui a donné aux États-Unis une prospérité sans exemple, et qui après soixante ans est plus jeune et plus populaire que jamais.

  1. Je n’ai pas cité M. Bancroft aussi souvent que j’aurais dû le faire, il eût fallu mettre son nom à chaque page ; mais je n’avais pas toujours marqué les citations dans les notes qui ont servi à la rédaction de mon cours, et c’est ainsi que plus d’une fois il ne m’a pas été possible de dire à qui j’empruntais le récit des événements. Je n’entends en rien méconnaître la grandeur de mes obligations, et je répète que j’ai presque toujours suivi l’excellente Histoire de M. Bancroft. Le contrôle même auquel j’ai soumis ce livre ne m’en a que mieux démontré le mérite.