Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les formalités, toutes les cérémonies d’une Église établie ? Si l’esprit saint habite dans chaque croyant, si la révélation de l’esprit est supérieure au ministère, tout aboutit en dernier ressort au jugement individuel. Cette opinion était donc la négation du ministère, par conséquent la destruction d’une influence alors toute puissante dans l’État. La colonie fut mise en feu par ces questions qui aujourd’hui nous paraissent puériles, comme paraîtront à nos successeurs plus d’une des questions qui partagent aujourd’hui les assemblées ; la politique a sa scolastique comme la religion, et c’est une mousse parasite qui étouffe aussi fatalement l’une que l’autre.

On essaya de conférences amiables, on fixa des jours de jeûne et d’humiliation, un synode général fut convoqué, et enfin, après des dissensions qui menacèrent la colonie d’une dissolution complète, en 1638 Anne Hutchinson fut exilée et ses opinions proscrites.

Elle partit pour le sud avec un grand nombre de sectaires qui restaient attachés à sa fortune ; l’intention de ces nouveaux émigrants était d’établir une plantation à Long-Island ou sur la baie de la Delaware. Mais Roger Williams les retint dans son voisinage, en leur faisant accorder par Miantonomy, le chef indien des Narragansets, l’île charmante qu’ils nommèrent Rhode-Island.

La colonie s’établit aussitôt sur le nouveau