Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


magistrats et la législature furent choisis annuellement au scrutin, et les représentants furent partagés entre les districts (towns) proportionnellement à la population.

C’était, comme on voit, une parfaite démocratie ; aussi le Connecticut, comme Rhode-Island, a-t-il attendu près de deux siècles avant de changer sa constitution, et encore les altérations qu’on y a introduites n’ont guère touché que la liberté religieuse ; quant à la liberté politique, elle était trop complète pour qu’on y pût rien ajouter.

Pour ce qui concerne l’organisation religieuse de la plantation, et la sévérité toute puritaine des mœurs et des idées du temps, les lois de la colonie de New-Haven, établie à la même époque et dans le même pays, en diront plus que toutes les réflexions.

En 1638 une émigration puritaine alla fonder New-Haven sous la conduite de son pasteur John Davenport, et de l’excellent Théophile Eaton, qui pendant vingt ans, c’est-à-dire jusqu’à sa mort, fut chaque année élu gouverneur par le respect de ses administrés.

Les colons tinrent leur première réunion sous un chêne, et Davenport leur fit un long sermon pour leur dire que comme le Fils de l’homme, ils étaient conduits dans le désert pour y être tentés. Après un jour de jeûne et de prière, ils établirent la première forme de gouvernement par cette