Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


deux des plus persévérants furent le capitaine Mason et Sir Ferdinando Gorges, tous deux membres du grand conseil de Plymouth. Réunis avec d’autres associés, sous le titre de compagnie de Laconia (c’était le nom qu’on avait donné au nouveau territoire), ils essayèrent, dès 1622, d’un premier établissement ; les villes de Dover, Bristol, Portsmouth, furent ainsi fondées par des émigrants appartenant à l’Église établie, et à ce titre mal vues des puritains du voisinage.

En 1635, le grand conseil partagea la province de Laconia entre Gorges et Mason. On attribua au premier la partie située à l’est de la rivière Piscataqua, et qui, dans la langue du pays, s’appelait Sagadahoc, ; c’est ce qu’on a nommé plus tard le Maine, en l’honneur de la reine Henriette[1], fille de Henri IV, femme de Charles Ier. L’ouest du pays fut accordé à Mason, qui l’appela New-Hampshire, du nom du comté qu’il habitait en Angleterre.

Mason mourut dès la première année de l’entreprise, et sa veuve, hors d’état de continuer une affaire coûteuse et difficile, abandonna l’établissement aux ouvriers qui avaient suivi son mari en Amérique. Dès lors, ni roi, ni propriétaires, ne s’inquiétèrent, au moins pour quelque temps, du

  1. La reine avait sans doute quelque droit ou quelque titre féodal dans la province française du Maine, mais je n’ai trouvé aucune indication à ce sujet.