Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que Penn ait été le premier législateur de l’Amérique, ou du moins que seul il y ait apporté le respect des Indiens, la tolérance religieuse, le libre gouvernement.

Il y a de l’exagération en tout cela ; car la Pensylvanie est une des dernières colonies fondées sur cette terre qui n’a connu que des gouvernements libres, et nous verrons même que la constitution que se donnèrent les émigrants fut empruntée des provinces voisines, ou si l’on veut du modèle anglais, et non pas du projet que Penn avait élaboré. Quant à la tolérance, lord Baltimore et Roger Williams l’avaient établie avant le quaker, et dans le même esprit de douceur ils avaient aussi respecté le titre indien.

Toutefois un homme ne marque pas ainsi dans l’histoire sans avoir quelque droit d’y laisser sa trace, et si Penn ne fut pas le premier à proclamer ces glorieux principes de justice et de liberté, il en fut certainement un des défenseurs les plus éclairés et les plus énergiques. Il consacra à leur triomphe sa fortune et sa vie ; il fut l’apôtre de la tolérance et de la liberté ; c’est un nom dont à juste titre l’Amérique peut se glorifier : heureux pays qui compte tant de héros pacifiques et si peu de conquérants !

Guillaume Penn, né à Londres en 1644, était le fils unique du vice-amiral Guillaume Penn, brave marin qui, sous Cromwell, avait conquis la