Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fort, et s’embarquèrent pour retourner en France ; une moitié mourut de faim en mer, l’autre fut emmenée en Angleterre par une barque qui les prit à bord.

En 1564, après la paix traîtresse conclue entre Charles IX et les huguenots, Coligny renouvela ses sollicitations auprès du roi pour recommencer la colonisation sur de nouveaux frais. Sa demande fut accueillie ; on lui donna trois navires et Laudonnière, homme d’une grande intelligence, marin habile, fut chargé de conduire l’expédition. On s’établit sur la rivière de May, à la frontière de la Floride ; et Laudonnière prit possession du pays au nom de la France, en élevant un monument aux armes du pays, et y fonda une nouvelle Caroline[1].

Bien accueillie par les indigènes, la colonie pouvait prospérer, malgré des difficultés qui tenaient au caractère mutin, au mauvais choix des planteurs ; mais les Espagnols de la Floride ne voulurent point souffrir le voisinage des Français. Furieux surtout en songeant que des huguenots allaient fonder un empire sur une terre donnée par le pape aux seuls catholiques, ils attaquèrent la colonie avec des forces supérieures, la détruisirent, et, au mépris de la capitulation, pendirent les prisonniers aux arbres du voisinage, après y

  1. Basanier, Histoire notable de la Floride, Paris, 1586 ; réimprimé par Jannet, Paris, 1853, in-12.