Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


disent-elles pas qu’il n’est point encore trop tard pour étudier comment les Américains ont compris ces problèmes dont la solution importe à notre avenir ?

Ainsi, par exemple, nous sentons tous que le pouvoir exécutif a besoin d’indépendance, et que cependant le pays a droit à une surveillance de tous les instants. Depuis 1789, nous n’avons su qu’énerver l’autorité, ou la soustraire à l’influence des assemblées. Notre administration a été tour à tour impuissante ou despotique. Les Américains ont résolu la question en rendant le président indépendant de l’Assemblée, en mettant le ministère à l’abri de l’action incessante et jalouse des chambres ; et, d’un autre côté, ils ont assuré le droit du pays en mêlant à la haute administration, par la diplomatie et la nomination des principaux fonctionnaires, y compris les ministres, le sénat, corps peu nombreux, réunion des hommes les plus éminents de l’Amérique, pouvoir assez durable pour conserver la tradition, et cependant se modifiant assez souvent pour se retremper dans l’opinion et avoir toujours pied dans le pays.

Ce sénat, dont nous n’avons pas voulu par des raisons passagères, par jalousie politique, et en le considérant seulement comme un pouvoir législatif, ce sénat, vous le verrez, est la pierre angulaire de la constitution américaine ; c’est là