Page:Laboulaye - Histoire politique des États-Unis, tome 1.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


D’ailleurs, mes erreurs mêmes sont limitées dans un champ trop étroit pour être dangereuses ; c’est dans la comparaison seule des institutions américaines et des nôtres que je puis me tromper, et sur ce point, il vous sera bien aisé de redresser mes jugements. Quant à l’esprit de la constitution américaine, nous avons assez de documents et de mémoires, pour que toute méprise soit impossible. J’ai recueilli, autant que je l’ai pu, les pièces de ce grand événement ; j’essayerai de rétablir la scène, de faire revivre devant vous ces nobles et sereines figures ; je conserverai leurs opinions, et, autant que je le pourrai, leurs paroles, trop heureux de m’effacer derrière ces noms vénérés, et de laisser aux leçons qu’ils nous donnent la sanction et l’autorité de leur langage. Ainsi, Messieurs, vous jugerez du système américain par vous-mêmes, en pleine connaissance de cause, après avoir entendu les partis opposés, et sans que je prétende en rien vous imposer, même indirectement, mon opinion. Mon rôle est celui de rapporteur ; je n’ai qu’une ambition, celle de vous instruire en vous forçant à réfléchir sur un sujet qui nous intéresse tous, et de mériter ainsi la plus précieuse récompense de mes soins et de mes travaux, votre estime, et plus encore peut-être, votre amitié.