Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
Éternité


Je regardais flotter tes cheveux sous la brise,
Mais la sérénité, troublante et lumineuse,
Que sur ton front d’enfant la nuit chaste avait mise ;
Ton souffle, sa douceur, tout ton charme d’heureuse,

Ajoutèrent soudain, dans ma ferveur mystique,
Tant d’angoisse à la fois et tant de vérité,
Que j’étreignis ton corps, tremblant et frénétique,
Effrayé d’être seul devant l’Éternité !


FIN