Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le poème qu’on va lire, et dont la divulgation fragmentaire a rencontré, dès l’origine, l’accueil et l’assentiment généreux de précieux amis et de nombreux camarades de lettres, est publié d’abord pour ceux-ci. Leur en adressant aujourd’hui l’hommage collectif, je ne saurais cacher que ce m’est une façon, peu courageuse sans doute, de me réclamer encore d’eux. Mais, à une époque où tant de fâcheux de toutes sortes, voire d’ignorants de bonne