Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et sa vertu dans la poésie viendraient de ce qu’à la lecture mentale, comme à Taudition proprement dite, il s’avère immédiatement à cette sorte de prénotion que nous en avons tous, analogue à celle de la justesse des accords, et qu’alors, par ses retours prévus et attendus, il fixe notre attention, devance notre entendement, et semble ainsi préparer les voies harmoniques de notre intelligence où la compréhension véritablement affective n’aura plus de difficultés à s’établir.

Le rythme impose en nous des sensations générales que le langage ordinaire ne parviendrait pas à éveiller. C’est ce qui explique qu’à la récitation de certains poèmes, des gens d’humbles ressources intellectuelles, et peu familiarisés avec la prosodie et même avec la totalité des vocables qu’ils entendent, se trouvent, sans aucune auto - suggestion, profondément émus, d’une émotion aussi pure que celle des plus purs lettrés. A vrai dire, il n’y a que la conception exclusivement artistique qui requiert un public de connaisseurs préalablement initiés à toutes les difficultés de