Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
39
Éternité


Ma vie et sa ferveur, mon geste et sa fierté,
Et tout ce qu’avec eux j’enseigne et balbutie,
Ne sont que pour grandir jusqu’à la prophétie,
Le règne tout puissant de mon vœu de beauté !

L’œuvre sera conçu si le frisson m’en gagne.
Que le mal et l’erreur, la souffrance et la crainte,
S’écartent du chemin par où tu m’accompagnes
Vers l’accomplissement d’une parole sainte !

J’aurai pour l’annoncer l’accent des certitudes,
Car c’était, loin de toi, quand si souvent j’ai fui,
Pour demander au Dieu qui parle aux solitudes,
Si le signe à mon front fut bien marqué par lui.

Mais voici que je tremble au réveil de ces heures,
J’ai dû trahir l’orgueil qui t’effraie et m’enivre,
Ma voix va défaillir si j’entends que tu pleures,
Moi qui cherche ta main pour être sûr de vivre…