Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
Éternité


Pieux, et retrouvant sa légende à la terre,
J ’évoquerai pour eux, en signe de pardon,
D’une ligne imprécise où s’inscrit du mystère,
Le profil de ta grâce et de ton abandon…

Et dès mon livre ouvert, ce sera ton image
Que les plus purs peut-être, et les simples de foi,
Regarderont longtemps sans tourner l’autre page,
Ignorants de mon art qu’ils sauront mieux par toi…

Mais le dessein profond et vaste qui l’anime,
S’il doit se dérober à leur émotion,
Par la vertu du rythme où j’empreindrai mes rimes,
J’en veux transfigurer la révélation !

Car mon vers qui se nombre et mon chant qui s’éploie
Dans la splendeur d’un songe éternel où j’ai pu,
Mon front dressé dans l’ombre à l’appel entendu,
Suivre avec le destin le monde sur sa voie ;