Page:Lacuzon - Éternité, 1902.djvu/65

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ma croyance ingénue attendait un prodige,
J’avais l’âge du monde et sa candeur première,
Et mes yeux éblouis s’obstinaient au vertige,
Comme vers un autel perdu dans la lumière.