Page:Lamairesse - L’Empire chinois, le Bouddhisme en Chine et au Thibet.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 17 —

d’une manière plus humaine et plus paternelle. Cela tient sans doute à la facilité avec laquelle l’homme du peuple passe de la servitude à la liberté et inversement. Le régime social de la Chine c’est l’égalité de tous, fonctionnaires et administrés dans l’obéissance passive au pouvoir politique et social représenté par l’Empereur. La mesure de chacun f c’est son utilité. Il n’y a d’autre supériorité que celle résultant des services rendus ou plutôt de la capacité d’en rendre à l’Etat. Cette capacité est toujours constatée par des examens et des concours ou par des succès administratifs. L’obéissance repose uniquement sur la terreur et le châtiment, et les agents du pouvoir sont plus que tous les autres sujets, en butte à son inquisition et à ses sévérités toujours cruelles et souvent imméritées. Si un grand crime se commet dans une localité, le chef de cette localité est disgracié et ses supérieurs hiérarchiques sont punis ou réprimandés par le conseil de Pékin. Ils n’échappent à ce traitement qu’en faisant périr le coupable dans sa prison d’une mort qu’ils attribuent à un suicide. Cela les dispense d’informer l’Empereur pour lui demander l’exécution de la sentence capitale, comme c’est la règle.

On peut dire que la suspicion et la pénalité règnent en Chine à tous les degrés de l’Echelle sociale. L’Empereur lui-même n’échappe pas à cette loi ; il est pour ainsi dire de droit public qu’il est responsable de tout ce qui arrive, qu’il sera enterré hors du sépulcre de la famille s’il laisse amoindrir le territoire, et que la révolte est permise contre un tyran.

Sous cette réserve platonique, la soumission hiérarchique est une religion ; l’étiquette un culte. Une révérence manquée, une préséance violée sont des crimes.

Il n’y a aucune hérédité, ni pour les titres, (sont l’exception insignifiante signalée plus haut), ni pour les rangs et les places, ni même pour une possession certaine des terres. Le grand nombre des enfants des riches, fruit de la polygamie, ne permet point la constitution de familles opulentes par la transmission des biens, ni la formation d’une élite sociale. Les Économistes Chinois sont opposés au luxe et aux grandes fortunes, en vertu de ce principe étroit que la richesse de quelques privilégiés entraîne la pauvreté du plus grand nombre. Le seul corps